Comme deux sœurs

Couverture de Comme deux sœurs

Rachel Shalita
Comme deux sœurs
Traduit de l’hébreu par Gilles Rozier
22,50 €
Publié avec le soutien de l’Institut Alain de Rothschild
en partenariat avec logo-akadem-bordeau

Présentation du roman

Véra et Tsiona aiment à se rappeler leur première rencontre, à quatre ans, dans un jardin d’enfants de Tel-Aviv. Véra a grandi entre un père artiste volage et une mère infirmière rangée. Tsiona a perdu son père quand elle était petite.

Après le lycée, Véra, la sensible, l’artiste, ne sait pas ce qu’elle veut faire ; Tsiona, l’effrontée, engagée dans un mouvement de jeunes pionniers, va participer à la fondation d’un kibboutz dans le Néguev.

Malgré leurs différences, elles partagent leurs joies et leurs peines, jusqu’à l’arrivée de Yossef, le rescapé…

À travers le destin de deux héroïnes qui s’aiment comme deux sœurs, le roman entraîne le lecteur dans la société juive de Palestine, de la fin des années 1920 à la création de l’État d’Israël. Une période peu décrite jusqu’à présent dans la littérature israélienne.

Extrait du roman

« On a le droit d’être sœurs ? s’étonna Véra. On ne doit pas demander à un adulte ?

– Bien sûr qu’on a le droit, dit Tsiona, c’est comme on veut nous.

– C’est pas vrai, pour être sœurs, il faut que les parents soient d’accord.

Tsiona se tourna vers Véra.

– Et si les parents dorment ?

– Si les parents dorment, on leur demande le lendemain matin, répondit Véra avant de se tourner contre le mur. »

Comme deux sœurs dans la presse

 


LeMondeLivres   MagLitt   Telerama figarolitt transfugeLivresHebdo Onlalu   JerusalemPostFranceInter   RJLyon Logo-Israel-Magazine